Hideo Kojima partage la philosophie de la série télévisée Westworld

Westworld (2016)

Marqué par le monologue d’Anthony Hopkins dans la série télévisée Westworld, Hideo Kojima reparle de l’importance qu’il porte à sa conception du game design.

Westworld est un parc d’attractions réaliste qui offre à ses visiteurs fortunés les moyens de revivre les frissons du Western en assouvissant leurs fantasmes les plus intimes, aussi pervers soient-ils. Pour que l’expérience soit parfaite, ce monde est habité par des androïdes plus vrais que nature. Leurs tâches sont écrites avec précisions par les scénaristes du parc. Mais à la suite d’une mise à jour, le comportement de certains androïdes va devenir imprévisible…

En visionnant le deuxième épisode de la série Westworld, Hideo Kojima a été marqué par le monologue de Robert Ford, le directeur du parc incarné par Anthony Hopkins. En désaccord avec l’un des scénaristes, Robert Ford explique les raisons pour lesquelles les visiteurs viennent et reviennent à Westworld. Un discours partagé par Hideo Kojima pour la conception de ses jeux vidéo, comme il le souligne sur son compte Twitter.

Anthony Hopkins dans Westworld (2016)
Anthony Hopkins dans Westworld (2016)

« Non, je ne crois pas. Quel en est l’intérêt ? Procurer quelques frissons faciles ? Quelques surprises ? Ça ne suffit pas. Il ne s’agit pas d’offrir aux visiteurs ce qu’ils veulent. Ce serait trop simple. L’excitation, l’épouvante, l’allégresse,… Ce ne sont que de vulgaires tours de passe-passe. Les visiteurs ne reviennent pas pour nos idées les plus évidentes, les plus voyantes. Mais pour les subtilités, les détails. S’ils reviennent c’est parce qu’ils découvrent quelque chose qu’ils s’imaginent être les premiers à remarquer. Une chose dont ils tombent amoureux. Ils ne cherchent pas une histoire qui leur dira qui ils sont. Ils le savent déjà. S’ils sont là, c’est pour avoir un aperçu de qui ils pourraient être. » – Robert Ford (Anthony Hopkins), Westworld, épisode 2 « Chestnut ».

Westworld est une série américaine actuellement en cours de diffusion. Elle est créée par Jonathan Nolan et Lisa Joy, écrite par Michael Crichton et produite par J.J. Abrams, pour ne citer qu’eux.

« Je viens de regarder le deuxième épisode de Westworld. Ce qu’y raconte Anthony Hopkins est exactement ce que je pense sur le game design. » – Hideo Kojima, le 31 octobre 2016

A propos sheen 188 Articles
Passionné par la série Metal Gear Solid de Hideo Kojima, j'ai fondé le site de MetalGearSolid.be en 2002. Aujourd'hui, l'aventure continue avec KojiPro.be, le dernier né de la petite famille Aimgehess !

2 commentaires sur Hideo Kojima partage la philosophie de la série télévisée Westworld

  1. J’ai aussi été touché par cette tirade du directeur. J’aime beaucoup l’ambiance de cette série. Et c’est vrai que le parallèle avec les oeuvres de kojima, dans les thématiques et leur traitement de remarquent de suite.

    • Je viens de découvrir cet article, j’allais dire que ces mots sont touchants… Mais au moment de laisser un commentaire, je m’aperçois que je ne suis pas le seul à qui le mot « toucher » vient à l’esprit 😉

      De façon plus générale, je n’ai pas beaucoup commenté ici jusque-là, mais je tiens (enfin) à dire à quel point je suis ému par ce que nous montre Kojima-san. C’est un grand charmeur, alors suivre ainsi l’actu d’un jeu comme Death Stranding et dont on ne connait pas grand chose, du moins en ce qui me concerne je me sens dépourvu, finalement je trouve que ça exacerbe joliment le pouvoir de fascination dont nous sommes victimes! 😀 Cette fois il n’y a plus de références explicites à d’anciens volets: ce qui touche l’auditoire ou les lecteurs, au sens figuré, c’est l’essence humaine qui exhale du propos. Un savant usage des valeurs que nous partageons tous: les émotions traversent les barrières de la langue et/ou de l’écran, pour frapper notre conscience. Je n’ai jamais aussi bien compris qu’aujourd’hui cette subtilité que j’apprécie tant dans la délicatesse japonaise. Enfin, je comprends combien ce savoir-faire s’apparente à de la poésie.

      S’il fallait que Kojima-san se renouvelle, c’est pour faire une véritable démonstration de son pouvoir envoûtant. A mes yeux Kojima-san est davantage qu’un créateur, peut-on dire que c’est aussi un poète?
      C’est qu’il est habile le coquin! ^^ Du moins, ce commentaire illustre très bien son talent de sophiste, ainsi que la noblesse paternelle et avouée de sa vocation.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*