Hideo Kojima : « La fin est la partie la moins importante pour les créateurs occidentaux »

À l’occasion d’une interview croisée avec le mangaka Minoboshi Tarô et le site japonais Natalie, Hideo Kojima a partagé son point de vue sur l’une des différences majeures entre les jeux vidéo occidentaux et japonais. Selon lui, de nombreux créateurs occidentaux ont moins d’estime créatrice pour la fin d’un jeu. Du moins, dans certains cas.

« Dans le monde du jeu vidéo occidental, on considère souvent la scène finale comme la moins importante » explique Hideo Kojima. « Admettons que cent personnes jouent à un jeu, seules une ou deux arriveront jusqu’au bout. On dit que les créateurs japonais qui y allouent un certain budget sont bizarres, alors qu’en occident, la fin « passe à la trappe » dans le cas où ils manquent de temps. Les créateurs occidentaux ne se torturent donc pas vraiment l’esprit avec ces choses-là. Ils se disent : « On va mettre le paquet pour la scène d’introduction, c’est celle à laquelle tout le monde jouera ! » Seuls les créateurs japonais sont minutieux du début jusqu’à la fin. »

À juste titre, le journaliste indique à Hideo Kojima que les créateurs ne s’en soucient peut-être pas, mais que les joueurs, eux, y prêtent une plus grande attention. « Pas tant que ça » continue Hideo Kojima. « Sauf quand il s’agit, par exemple, des fins que je crée. Quand on parle de jeux vidéo qui sont fortement empreints de la personnalité de leur créateur, c’est une autre histoire ! » À ces mots, Minoboshi Tarô intervient. « La fin est effectivement cruciale quand il s’agit de vos jeux, Monsieur Kojima. »

Big Boss Metal Gear Solid 4
Big Boss dans Metal Gear Solid 4 : Guns of the Patriots

Mais Hideo Kojima va plus loin. Et le cas de Metal Gear Solid V : The Phantom Pain semble planer sur la suite de ses explications. « Il n’y a pas que la fin qui soit cruciale. Il arrive souvent qu’un créateur veuille réaliser quelque chose qui soit contraire aux attentes du joueur. Je trouve cela très intéressant de pouvoir provoquer la surprise de cette façon.

En Occident, là où le marketing est roi, on demande d’abord au client ce dont il a envie. Les gens ont souvent l’habitude de se contenter de ce qu’ils connaissent, alors qu’en réalité, ils ont envie de s’essayer à quelque chose dont ils n’ont jamais fait l’expérience ! Toutefois, la plupart d’entre eux ne le réalisent pas et ils restent dans leur zone de confort. C’est pour cette raison que, lorsque des œuvres qui ne bousculent pas les gens voient le jour, on se retrouve avec tout un tas de films hollywoodiens qui se ressemblent, par exemple. Il en va de même pour les mangas. »

Bien conscient que (la fin de) Metal Gear Solid V : The Phantom Pain ne serait pas au goût de tous les fans, Hideo Kojima a plutôt préféré continuer sur la lancée de Metal Gear Solid 2 (pourtant très décrié à sa sortie, en 2001) en préférant raconter l’histoire qu’il souhaitait, plutôt que celle que les fans attendaient. C’est aussi ça, la patte de Hideo Kojima…

Hideo Kojima et Minoboshi Tarô
Hideo Kojima et Minoboshi Tarô
Source : Natalie
A propos sheen 107 Articles
Passionné par la série Metal Gear Solid de Hideo Kojima, j'ai fondé le site de MetalGearSolid.be en 2002. Aujourd'hui, l'aventure continue avec KojiPro.be, le dernier né de la petite famille Aimgehess !

9 commentaires sur Hideo Kojima : « La fin est la partie la moins importante pour les créateurs occidentaux »

  1. Je suis d’accord avec kojima ,pour moi les jeux vidéos japonais sont bien meilleurs que les occidentaux,les jeux qui sortent font beaucoup moins de bruits mais sont plus aboutis et novateurs, ils nous prennent moins pour des pigeons avec des pub a la Assasins’creed qui donne l’impression que le jeu va déboiter, on va encore avoir le droit a un 19/20 pour Uncharted 4 parce que c’est beau, y’a une intro qui pète tout ça tout ça… aller on oublie que le gameplay n’a quasi pas évolué dans la série et crachons plutôt sur un RE6 qui s’est arraché pour son gameplay mais qui fait pas peur donc c’est pas bien! .
    Ce qui m’a toujours énervé c’est les gens qui connaissent plus un splinter cell qu’un mgs car je me suis toujours dit qu’ mgs s’était toujours fait plus discret et cherchai moins a donner ce que l’on attendait .je me dit parfois que si kojima l’avait jouer a hollywoodien en mettant snake hyper badass avec un scénario plus simple et avec le thème de malade d’ Harry gregson-williams usé a grosse dose dans les scènes épiques le jeu aurait régalé tout le monde surtout a une époque ou réunir autant de qualité était rare (graphisme,ost,scenario,jouabilité). Mais kojima s’adresse au fan et pas au grand public quitte a négliger les ventes et ça c’est juste magnifique.

  2. C est vrai que pour le coup il a pas raconté ce que les joueurs esperaient tant….
    Certainement que certains ici verront encore une allusion a la fin de V qui n a pas encore etait devoilée….

    sinon MGS4 est toujours aussi beau et je trouve le visage de BB plus joliement modelise que celui de V…

  3. Donc, en résumé, Kojima dit : « Tout le monde bâcle la fin de ses jeux sauf nous, les japonais. Par contre, si la fin de MGS V a l’air bâclée, c’est pas pareil, moi j’ai fait exprès ». Mouai, c’est un tantinet prétentieux, je trouve, et quand on connait le développement chaotique de MGS V, ce n’est pas non plus l’explication la plus évidente.

    • Ce n’est pas être prétentieux tu l’as mal interprété.

      Kojima-san voulait justement parler des jeux bâclé sur la fin en parlant de nombreux jeux occidentaux. Les assassin’s creed par exemple tu joue au jeu au début et milieu c’est le feu mai vers la fin c’est chaotique au niveau émotion ou déclaration.. Et beaucoup de jeu du moment sont comme ça. Car tout simplement il troll d’un côté car les Dev font un jeu à 60% et les 40% restant sortiront en dlc bâclé.

      Pour kojima-san mgs V beaucoup l’ont détestaient pour cette fin. Mais réfléchis bien, est-ce sa faute ? Va travailler et ai un patron h24 derrière toi à te faire des coups de pression pour sortir ton jeu dans un délais que konami a fixé alors qu’ils ne sachent en rien ou en est le développement. Faut avoir suivi l’actualité Kojima et konami pour comprendre que les seuls connards c’est konami et non Kojima productions.

      Kojima productions ont due se dépêcher sur le développement ce qui a laissé une fin en video collector.. C’est dommage mais konami auraient due attendre la fin du développement et mgs5 auraient été le meilleur jeu de 2015-2016 et non the witcher3

      • Koji prod a quand meme sa part de responsabilité je pense…

        Je n’étais pas la pour voir ce qu’il se passait mais avoue que Kojima a du pas mal dépenser d’argent et de temps inutilement pour V…

        • Si je peux donner mon avis « extérieur » là-dessus, je pense qu’il n’y a pas vraiment eu de retard du fait que Konami et Kojima n’ont jamais été d’accord sur la méthode de production. Konami voulait simplement son AAA pour l’année fiscale 2014 et Kojima,lui, voulait faire un excellent jeu « de la trempe d’un GTAV » mais avec juste 10x moins de personnel et donc en se foutant des délais. L’équipe de KP n’y était pour rien, je pense qu’ils ont tous été éreintés par ce travail. Par contre, l’autre facteur aggravant, c’est le gros retard technologique qu’avait Konami (et donc KP) comme tous les studios japonais (et comme l’explique bien J. Merceron dans sa masterclass) en terme de moteur de jeu et qui n’aurait tout simplement pas permis à ce MGS V de se faire. Donc dev du moteur + dev du gros jeu avec une « petite » équipe = explosion des délais + cet ovni de GZ à la fin de l’année fiscale.

          Moralité, Kojima a très bien fait de se mettre à son compte. Je regrette juste que, maintenant qu’il ne bosse plus pour Konami, il ne s’exprime pas plus librement sur ces difficultés et attribue cette fin de jeu à un grand choix artistique délibéré. Disons que je ne le crois qu’à moitié là-dessus. Mais je l’aime autant qu’avant ^^

  4. Certes, mais vu la fin coupée à la va-vite de MGSV, c’est clairement incongru de dire ce qu’il dit. Ca passerait s’il disait que Konami l’a empêché de donner à MGSV la fin qu’il souhaitait…

    • « La fin coupée à la va vite ? » Comment le sais-tu ? Tu as des infos de sources sûres ?

      Si l’existence de la mission 51 n’avait jamais été révélée, je ne suis pas sûr que le 3/4 des râleurs s’offusqueraient sur le fait que « l’histoire de Metal Gear Solid V n’est pas finie ».

      Non seulement, on a trois fins dans le jeu, mais en plus, la véritable fin est une fin ouverte puisqu’elle relie directement Metal Gear 1.

      « La mission 51 » n’aurait peut-être même pas porté ce numéro si elle avait été incluse dans le jeu. Sans oublier que Eli et le troisième enfant courent toujours en liberté, à la fin de celle-ci…

      • « Si l’existence de la mission 51 n’avait jamais été révélée, je ne suis pas sûr que le 3/4 des râleurs s’offusqueraient sur le fait que « l’histoire de Metal Gear Solid V n’est pas finie ».

        Non seulement, on a trois fins dans le jeu, mais en plus, la véritable fin est une fin ouverte puisqu’elle relie directement Metal Gear 1. »

        Si tu compte la fin du chapitre 1 et la fin de quiet comme une fin y’a un souci pour moi .

        l’une clôt le chapitre 1 et l’autre le personnage de quiet . Et la mission 46 je l’accepte comme une 1 ère fin mais pas pour la pseudo révélation plutôt pour toutes les interprétations qu’elle nous laisse derrière .

        _Big boss de mg1 n’est pas celui de mg2 ?
        _Big boss nous a trahi ainsi que ces anciens hommes ? _Big boss est il schizophrène ?
        _Est ce une VR ou un conditionnement pour devenir Big Boss comme le plan S3 ( les sons récurent a certain moment clef comme la cassette de ground zeroes , le son de la msx etc … )

        la mission 46 est la seul fin et elle est trés mal amené, en attendant la fin nucléaire mais y’a pas 3 fin .

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*