Dans Death Stranding, même la mort ne vous sortira pas du jeu

Sam (Norman Reedus) dans le troisième trailer de Death Stranding (Décembre 2017)

Dans la foulée des Game Awards 2017, Hideo Kojima a accordé une interview au site IGN et au Dengeki PlayStation pour discuter de Death Stranding et des coups durs de l’année 2017.

Malgré des interviews relativement intéressantes, Hideo Kojima reste fidèle à lui-même. Pas question pour lui de dissiper le mystère qui plane actuellement sur Death Stranding. Pourtant, l’impatience du Japonais est perceptible. Il aimerait bien en montrer plus, encore et encore, et observer la réaction des joueurs. Mais chaque chose en son temps. « Nous attendons le bon moment pour dévoiler le gameplay de Death Stranding, et nous sommes sur la bonne voie » explique sagement Hideo Kojima.

Pourtant, comme nous le suspections dans notre analyse sur le troisième trailer de Death Stranding, quelques éléments de gameplay du jeu ont bel et bien ponctué discrètement les huit minutes de cinématique dévoilées aux Game Awards 2017.

La pluie des temps

Tout d’abord, on apprend que cette troisième bande annonce de Death Stranding, mettant en scène Sam incarné par Norman Reedus, est le premier trailer chronologiquement parlant. Ces événements se déroulent même peu de temps après le prologue du jeu. Dans la foulée, Hideo Kojima révèle également un petit détail sur la pluie, appelée « Timefall », qui semble avoir la faculté de faire vieillir très rapidement les plantes et le blessé aperçus dans le trailer. « La plupart des personnages du jeu sont conscients de la pluie et Norman Reedus est assez unique à cet égard. Mais je n’en dirai pas plus, je ne voudrais pas vendre la mèche. »

Comme nous le pensions dans notre analyse, la séquence dans l’océan dépeint le lien entre la vie et la mort, l’un des thèmes de Death Stranding. « À ce stade, vous n’êtes ni mort ni vivant » clarifie Hideo Kojima en évoquant la scène où Sam nage dans l’eau. « C’est l’équivalent du fameux écran « continue » où un compte à rebours opère dans certains jeux. » En effet, le Japonais affirme une énième fois ses intentions de réaliser quelque chose de différent avec Death Stranding, en commençant par innover le game over traditionnel des jeux vidéo. « J’aimerais que les gens réalisent que, quand ils meurent dans Death Stranding, ce n’est pas la fin. Jamais la mort ne vous sortira du jeu » souligne Hideo Kojima en précisant que le jeu tient compte des « morts » du joueur. « Quand Sam revient à la vie, un énorme cratère s’est creusé devant lui. Dans la plupart des jeux traditionnels, le joueur reprendrait sa partie avant que le cratère ne se soit formé. Ce qui n’est pas le cas de Death Stranding. Ainsi, vous pourriez très bien vous trouvez entouré d’innombrables cratères. Tout dépend de votre façon de jouer. »

Après avoir vu le dernier trailer de Death Stranding « beaucoup de gens m’ont dit que j’étais aussi fou que Stanley Kubrick et David Lynch. J’en suis honoré. Toutefois, tous ces éléments, aussi étranges soient-ils, participent au game design du jeu et ils font sens une fois rassemblés » conclu Hideo Kojima sur la partie de Death Stranding de cette interview.

Kojima Productions et ses coups durs de 2017

En 2017, la grève SAG-AFTRA (Screen Actors Guild-American Federation of Television and Radio Artists) a été un coup dur pour Kojima productions. En désaccord depuis octobre 2016 avec une dizaine d’éditeurs, les acteurs revendiquaient une meilleure rémunération, des enregistrements moins harassants, une plus grande transparence sur la nature du projet au moment de signer un contrat, ou encore la présence de coordinateurs de cascades pour renforcer la sécurité des acteurs durant les séances de capture de mouvements. « Nous ne pensions pas qu’elle allait durer jusqu’au mois d’octobre de cette année » relate Hideo Kojima. « Nous n’avons pas été en mesure de réaliser la performance capture ou le doublage de Death Stranding comme nous l’avions prévu. À cet égard, nous avons pris un peu de retard. Ce fut un moment difficile car Norman Reedus et Mads Mikkelsen m’envoyaient des messages pour savoir ce que nous faisions. Je leur répondais qu’on ne pouvait rien faire d’autre qu’attendre que la grève se termine. » La grève étant terminée, les séances de performance capture ont repris depuis lors.

Vous le savez, Hideo Kojima entretient une proximité avec ses fans grâce à Twitter. Mais le réseau social est aussi un couteau à double tranchant. En voyant les nombreuses publications du Japonais sur son compte Twitter, certaines mauvaises langues ont affirmé que Hideo Kojima ne travaillait pas beaucoup sur Death Stranding. « J’ai lu sur Internet que, selon de nombreuses personnes, j’ai passé la majeure partie de l’année dernière à voyager et à m’amuser. Ils prétendent que je perds mon temps et que je dépense beaucoup d’argent. C’est totalement faux » témoigne Hideo Kojima, attristé par ces allégations. « Au cours de la dernière année, nous avons travaillé sur Decima. Avec l’aide de Guerrilla Games, nous avons fait des progrès. Mais en définitive, nous utilisons le moteur graphique de manière différente que nos collègues amstellodamois, surtout en ce qui concerne les cinématiques. Nous ne cessons de collaborer ensemble, notamment pour connaître leurs avis sur notre travail quotidien. »

Certes, depuis les Game Awards 2016, Kojima Productions n’a rien montré sur Death Stranding au cours de l’année 2017, faisant même l’impasse de l’E3. Pourtant l’équipe de Hideo Kojima travaille d’arrache-pied sur leur nouveau jeu. « Nous avons réalisé des tas de choses depuis le temps.  Du coup, je suis triste quand j’entends que des gens disent que je ne fais que m’amuser. De nombreuse personnes pourraient vous témoigner le contraire. Je suis persuadé que je travaille rapidement. Même en ayant déjà une société, un moteur, des outils, une équipe, il est assez courant qu’un jeu AAA se développe entre trois à cinq ans. Pour certains jeux, ça peut même s’élever jusqu’à dix ans. »

Ajoutons à cela les paroles de Hideo Kojima accordées au magazine Dengeki PlayStation et traduites en anglais par le site Gematsu. « Le développement de Death Stranding se déroule tellement bien que Sony (SIE) nous a dit : ‘Jamais nous n’avions vu un jeu créé à un rythme aussi élevé’. En 2018, nous prévoyons une annonce qui surprendra tout le monde. »

Analyses des fans

Une nouvelle production de Hideo Kojima débute le jour où est dévoilé le premier trailer du jeu. À cet instant, une horde de fans tentent de décrypter les indices disséminés par le Japonais, à l’instar de nos analyses. « Je pense que c’est vraiment amusant » raconte Hideo Kojima. « C’est l’une des spécificités des jeux vidéo. Vous pouvez commencer à vous amuser avec les joueurs avant même que le jeu ne soit sorti. Je glisse intentionnellement des indices dans mes trailers pour jouer avec eux. »

Analyse du troisième trailer de Death Stranding avec Norman Reedus

À la vie, à la mort : Death Stranding et nos résurrections hypocrites

Sources : IGN US et Gematsu
A propos sheen 182 Articles
Passionné par la série Metal Gear Solid de Hideo Kojima, j'ai fondé le site de MetalGearSolid.be en 2002. Aujourd'hui, l'aventure continue avec KojiPro.be, le dernier né de la petite famille Aimgehess !

Soyez le premier à réagir

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*