Low Roar, le coup de cœur musical de Hideo Kojima pour Death Stranding

Deux mois après son annonce, le vinyle collector de Death Stranding est enfin disponible dans le commerce. Profitons de sa sortie pour revenir sur la découverte musicale de Hideo Kojima.

Tout a commencé durant l’été 2014, à l’occasion d’un voyage en Islande. Mélomane notoire, Hideo Kojima fouinait chez un disquaire de Reykjavik, la capitale de la terre de glace. C’est une habitude pour le Japonais lorsqu’il voyage aux quatre coins du monde. Cette fois-là, il était venu chercher un album de Kimono, le « Joy Division » islandais.

Alors que Hideo Kojima se dirigeait vers la caisse, la musique diffusée dans le magasin attira toute son attention. « Quelque chose m’a captivé dans cette musique. Alors, j’ai voulu en savoir plus à son sujet auprès du gérant de la boutique » se souvient le Japonais. « Il s’est avéré que c’était une chanson du groupe Low Roar, tirée de l’album « 0 » sorti en 2014. Le vendeur m’a également expliqué que le leader était américain et qu’il avait déménagé en Islande. Inutile de préciser que j’ai tout de suite acheté cet album. Une fois rentré au Japon, je l’écoutais quasiment tous les jours. » Très vite, le quatrième titre de l’album, baptisé I’ll keep coming devient l’une des chansons préférées de Hideo Kojima, si bien que ce dernier se fit la promesse de réaliser quelque chose avec ce titre-là.

Deux années plus tard, après son divorce avec Konami, Hideo Kojima réalisa son rêve, en travaillant sur la première bande annonce de Death Stranding avec Norman Reedus. « La signification des paroles et de la musique correspondait parfaitement au monde du jeu » souligne Hideo Kojima.

Plus tôt en 2016, quelques semaines à peine après l’indépendance de Kojima Productions et l’annonce d’une collaboration avec Sony, le chanteur du groupe Low Roar, Ryan Karazija, accepta la requête de Sony, sans trop savoir à quelles fins sa chanson I’ll Keep Coming allait être utilisée. « Tout devait rester secret jusqu’à l’annonce de l’E3 2016 » explique Hideo Kojima. « Cela comprenait le titre du projet et le fait qu’il était mon prochain jeu. Lorsque nous avons demandé la permission au groupe d’utiliser leur chanson, nous ne pouvions pas leur révéler la nature de notre projet. Bien que l’approche se soit faite par le biais d’un intermédiaire, Ryan Karazija a immédiatement accepté. »

L’édition 2016 du plus grand salon international du jeu vidéo (E3 2016) a été une agréable surprise pour le groupe islandais. Les nombreuses réactions positives à l’encontre du premier trailer de Death Stranding ont ouvert les yeux de Ryan Karazija sur un monde qui lui était totalement inconnu, celui du jeu vidéo. Depuis, il compte bien l’explorer comme il se doit. « Je vais demander une PlayStation à Sony, puisqu’ils ont eu le droit d’utiliser mes chansons à petit prix » dit en plaisantant Ryan Karazija.

Ryan Karazija et Hideo Kojima, le 17 juin 2016
Ryan Karazija et Hideo Kojima, le 17 juin 2016

« C’est drôle d’observer les joueurs qui théorisent sur des liens entre le jeu et les chansons de l’album » continue le chanteur en précisant qu’il préfère laisser planer le doute plutôt que de confirmer la justesse de ces raisonnements. « Par exemple, il y a des gens qui jouent la musique à l’envers, parfois même les deux ensemble, ou encore qui l’écoutent en boucle. Des joueurs sont convaincus que certains éléments du second album sont liés avec le jeu et Norman Reedus. Ils ont même trouvés des petits trucs symboliques dans mes cheveux ! »

L’E3 2016 a également été l’occasion pour Hideo Kojima et Ryan Karazija de se rencontrer pour la première fois. « Lorsque vous rencontrez quelqu’un pour la première fois, vous pouvez immédiatement dire si vous allez accrocher avec cette personne » explique Hideo Kojima. « En dix minutes à peine, Ryan et moi nous nous comportions déjà comme des potes. ». Ce sentiment est partagé par le musicien. « On dînait au Soho House, tous les deux habillés avec nos pauvres t-shirts, entourés de gens super bien sapés » se souvient Ryan Karazija. « Russell Simmons était assis à côté de nous ─ et je disais à Hideo Kojima à quel point je me sentais mal à l’aise. Il ressentait à peu près la même chose. Vous savez, il a vraiment les pieds sur terre. C’est quelqu’un de très gentil. »

À l’instar du premier trailer avec Norman Reedus, Hideo Kojima choisit un morceau tiré du même album que I’ll Keep Coming pour la deuxième bande annonce de Death Stranding avec Guillermo del Toro et Mads Mikkelsen, diffusée lors du PlayStation Experience en décembre dernier. De cette seconde collaboration entre Kojima Productions et Loaw Roar naît, aujourd’hui, une édition spéciale d’un vinyle regroupant les deux titres. « Après la sortie du premier trailer, les gens ont remarqué que l’illustration de cet album représentait des trainées dégoulinant semblables à des fils » se rappelle Hideo Kojima. « Ils les comparent aux mystérieuses coulées aperçues dans les trailers. « Strand » dans « Death Stranding » a pour signification « les cordes » et « les connexions ». Quand j’ai entendu pour la première fois I’ll Keep Coming chez le disquaire à Reykjavik, j’ai moi aussi trouvé une mystérieuse connexion avec notre projet. »

« Les chansons de Ryan sont sensuelles et les sons qu’il compose sont sans commune mesure » explique Hideo Kojima. « Son but n’est pas de se faire de l’argent. Pour lui, c’est l’art qui prime. Il développe un goût très atypique, comme l’attestent les illustrations de ses albums. Ses paroles et sa musique se mélangent ensemble pour révéler ce qui était jusqu’alors invisible à nos yeux. Les mots sont supposés clarifier le monde, mais plus vous écoutez sa musique et ses paroles, plus les contours du monde s’estompent et ce dernier s’élargit. »

Photos du vinyle de Death Stranding

Vinyle de Death Stranding, par Low Roar (2017)

Vinyle de Death Stranding, par Low Roar (2017)
Illustrations : Randy Ortiz
A propos sheen 107 Articles
Passionné par la série Metal Gear Solid de Hideo Kojima, j'ai fondé le site de MetalGearSolid.be en 2002. Aujourd'hui, l'aventure continue avec KojiPro.be, le dernier né de la petite famille Aimgehess !

Soyez le premier à réagir

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*