[MàJ] Analyse du trailer de Death Stranding avec Mads Mikkelsen et Guillermo del Toro

Hideo Kojima n’est pas venu les mains vides lorsqu’il a été récompensé d’un prix honorifique aux Game Awards 2016. Touché par les nombreux soutiens qu’il a reçus ces derniers mois, le Japonais nous a offert un deuxième trailer de Death Stranding. Il est donc temps pour nous de l’analyser et de tenter de percer ses mystères.

« La sortie de Death Stranding en magasin est encore loin mais, pour moi, le jeu a déjà commencé ! » – Hideo Kojima

Hideo Kojima ne s’en cache pas. Il adore dialoguer avec les joueurs. Avant la sortie d’un jeu, il aime glisser des bribes d’informations dans ses trailers pour faire réfléchir les joueurs. Ensuite, il prend un malin plaisir à les observer en train d’imaginer des choses, d’établir des hypothèses sur le contenu de son futur jeu. « Avez-vous apprécié le nouveau teaser de Death Stranding ? » demande-t-il sur son compte Twitter, peu après la diffusion du second trailer. « Il y a de nombreux indices, mais aussi de fausses pistes qui s’y cachent. N’hésitez pas à le visionner autant de fois qu’il vous plaira. » Très bien, Monsieur Kojima. Lançons-nous !

Death Stranding – Teaser Trailer – TGA 2016 – 4K (1er décembre 2016)

Notes : Il existe deux versions du second trailer de Death Stranding. Si les événements sont rigoureusement identiques, seule la bande son diffère. En effet, la première version propose les bruitages et une musique discrète réalisée par Ludvig Forssell. La seconde version est rythmée par un morceau écrit et interprété par le groupe islandais Low Roar. Les paroles étant un élément important d’après Hideo Kojima, un chapitre dédié à leur traduction est proposé au cours de notre analyse.

Analyse du trailer

La triste plage du premier trailer de Death Stranding a cédé sa place à un spectacle encore plus terrifiant. Le récit prend place dans un cadre désolant que la vie a fui il y a déjà un certain temps. Le cours d’eau qui traçait sa route vers les tunnels souterrains n’est plus qu’un souvenir. Seules, la boue et les carcasses de crabes témoignent de sa disparition récente. Parmi les nombreux débris semés par la guerre, une poupée gît sur le sol détrempé. Au loin, les ruines d’une ville totalement dévastée peinent encore à rester debout. Malgré ce spectacle funeste, un arc-en-ciel tente de percer la grisaille du ciel.

Notes :
Le sol ne semble pas être sablonneux comme c’était le cas dans le premier trailer. Nous sommes plus proches d’un sol détrempé que d’un littoral. À première vue, le spectateur a l’impression d’y voir des morceaux d’os humains. Puis, il se rend très vite compte qu’il s’agit en réalité de crabes morts. Cette confusion est intentionnelle de la part de Hideo Kojima. Si certains crabes rappellent des crânes humains d’autres, en revanche, s’inspirent de mains humaines. Mais ces deux éléments sont bel et bien présents dans le second trailer. Nous en parlerons un peu plus tard. Notons également que l’architecture de la ville, bien qu’en ruines, semble être de type européen. Quant à l’arc-en-ciel, il est courbé dans le mauvais sens, comme s’il essayait de s’échapper de ce monde maudit. Il s’agit peut-être d’un des nombreux signes qui veulent indiquer un dérèglement environnemental, à l’instar de cette marée d’animaux morts échoués. L’arc-en-ciel n’est probablement pas anodin. Hideo Kojima aime tromper le spectateur en jouant avec les reflets, comme ce fût le cas dans Ground Zeroes avec l’écusson XOF de Skull Face. Ici, l’arc-en ciel apparait pour la première fois dans une flaque d’eau. Et à cet instant précis, il est courbé dans le bons sens. Cet étrange arc-en-ciel pourrait également être un phénomène atmosphérique optique sous la forme d’un arc circumzénithal. Mais dans Death Stranding, l’emplacement des couleurs est inversé.

Le silence est rapidement rompu par les petits pas d’un homme massif, portant dans le creux de ses bras un objet, à l’évidence, très précieux à ses yeux. Le costume du personnage contraste sensiblement avec le lieu apocalyptique qui l’entoure. Des menottes lumineuses, identiques à celles de Norman Reedus aperçues dans le premier teaser, se balancent à son poignet droit. Se serait-il, lui aussi, échoué dans un monde qui n’est pas le sien ? Mais à peine trouve-t-on le temps de se poser la question que l’homme, incarné par Guillermo del Toro, s’arrête soudainement. Les vrombissements de quatre Thunderbolt viennent de déchirer les cieux. Marqué par la peur, l’homme ne quitte pas des yeux les ailes des avions où sont attachées des cordes noires. Guillermo Del Toro aurait-il été repéré par les pilotes ? Pas le temps pour lui de tenter le diable, il s’engouffre rapidement dans le tunnel abandonné.

Notes :
Les Thunderbolts sont des avions anciens qui se sont principalement illustrés lors de la seconde Guerre mondiale et ce, sur tous les fronts. Ces avions semblent porter des cocardes américaines et des bandes d’invasion sous leurs ailes. Ces « invasion stripes » ont été placées sur les avions qui ont participé au débarquement en Normandie. On peut aussi distinguer des lances roquettes sous leurs ailes. Les cordons noirs qui sont accrochés à ces avions semblent être identiques aux autres cordons noirs aperçus sur le sol ferme. En effet, tous les êtres vivants (ou l’ayant été un jour), les machines et les personnages sont liés par des cordons noirs. Seul celui de Guillermo del Toro est différent.

Mais le répit de Guillermo del Toro n’est que de courte durée. Une pluie de poussière révèle une présence errante sur le pont en dessous duquel il a trouvé refuge. Très vite, des voix étranges le poussent à  sortir de son trou. Il découvre un spectacle macabre. Un tank, littéralement plein à craquer d’entrailles tentaculaires et d’os humains, s’avance doucement sur le pont en pierre. Le sol accidenté oblige le char à abandonner derrière lui quelques morceaux de chair qui sont rapidement piétinés par un groupe de soldats marchant au pas. Juste avant que l’effroi ne l’envahisse à nouveau, Guillermo del Toro découvre que la silhouette de ces  soldats est squelettique, comme si des morts avaient repris vie pour prendre les armes. Mais pourtant bien vivants, ces soldats laissent derrière eux un liquide noir et visqueux qui s’écoule le long des murs du pont, à quelques centimètres de la tête de notre homme horrifié.

Notes :
Le liquide noir et visqueux semble ne rien envier au pétrole. Ce dernier a trop souvent été l’une des raisons principales des hommes pour qu’ils se déclarent la guerre entre eux. Dans Death Stranding, ce liquide noir semble précéder la mort. En outre, voir des cadavres d’animaux marins mélangés à ce liquide noirâtre rappelle inévitablement les grandes marées noires de notre Histoire. Symboliquement, ce liquide peut également matérialiser  les responsabilités des hommes, ou tout simplement la mort qui en découle.

Guillermo del Toro reprend péniblement son souffle. La caravane sinistre s’éloigne peu à peu. Désormais, seul le silence côtoie notre héros de fortune. Brusquement, une forte odeur nauséabonde vient contrarier ses narines. En baissant les yeux, il découvre qu’une eau sombre est en train d’engloutir ses pieds. L’homme laisse échapper une grimace de dégoût. Très vite, il comprend que le liquide a ramené de nombreux cadavres d’animaux marins sur le rivage. Comme s’il se rappelait de la raison de sa présence, l’homme fixe à la capsule en forme de sarcophage un cordon qui prend son origine sous sa chemise. Un bébé apparaît, flottant dans la boîte transparente, comme s’il n’avait jamais quitté le ventre de sa mère. Le petit bouge et semble apprécier le geste de son ange gardien soulagé. Flottant sur l’eau sombre, la fameuse poupée aperçue au début de notre récit, vient s’échouer contre la jambe de Guillermo del Toro. Pourtant, il n’y a pas de courant. L’homme s’aperçoit bien vite qu’une corde noire entoure le pied de la poupée, comme le ferait un tentacule d’une pieuvre, pour l’attirer vers le souterrain. Pris de panique, l’homme prend de profondes inspirations avant de regarder dans le tunnel. Guillermo del Toro est si concentré qu’il n’a même pas remarqué que le bébé avait ouvert un œil dans sa capsule.

Notes :
Le trailer est un long plan séquence. Ne se déplaçant qu’en ligne droite, la caméra ne tourne jamais à 180 degrés. Parfois, elle tâtonne en avançant, parfois elle recule. Mais elle ne tourne jamais le dos à sa destination, ce qui renforce l’impression que le personnage de Guillermo del Toro fait face aux dangers, malgré la peur qui l’anime. Seul un plan avec Mads Mikkelsen, en fin de teaser, prend une liberté. Mais à ce moment précis, Guillermo del Toro n’apparaît déjà plus à l’écran.

Sous le regard inquiet de Guillermo del Toro à présent immobile, la poupée flottante est entraînée vers l’obscurité. Des traces de mains tapissent les murs du tunnel inondé. Sous l’eau, de nombreuses cordes noires s’agitent malgré l’absence de courant. Peu à peu, l’obscurité révèle des lueurs rouges autour du jouet, comme s’il voulait signaler un danger imminent. À moins qu’il ne s’agisse que d’un mécanisme vicieux pour attirer une proie perdue. Au fond du tunnel, des silhouettes lumineuses rougeâtres se dessinent peu à peu. Elles s’approchent prudemment de la poupée qui flotte, avant de disparaître. Quatre soldats se détachent de l’ombre. Guillermo del Toro n’avait pas rêvé. Ces combattants sont bel et bien des squelettes humains ambulants, habillés d’uniformes de la seconde Guerre mondiale. Silencieusement, ils sécurisent le périmètre avant que leur chef, fait de chair et de sang, n’apparaisse à son tour. Ce dernier est incarné par Mads Mikkelsen.

L’équipement moderne de Mads Mikkelsen contredit l’époque de la seconde Guerre mondiale. Il relève ses lunettes de vision nocturne sur son casque qui disparaissent en se consumant instantanément. Aurait-il un pouvoir surnaturel ? Les larmes noires qui coulent sur son visage en seraient-elle la cause ? D’un simple geste, le commandant ordonne à ses hommes un silence de cathédrale avant de les laisser continuer à progresser sans lui. Obéissant aux ordres, les soldats se remettent en route. Les quatre cordes qui les liaient à leur commandant se détachent peu à peu sous un festival d’étincelles. La boussole que Mads Mikkelsen porte à sa poitrine s’affole et témoigne des événements fantastiques qui se déroulent sous nos yeux. Le commandant baisse la tête et observe la poupée flottante buter contre sa jambe. La paupière droite du jouet s’agite étrangement avant de s’ouvrir définitivement. Son expression du visage est maintenant identique à celle que le bébé avait prise quelques instants plus tôt, dans sa capsule. Une lueur de satisfaction illumine le visage de Mads Mikkelsen. Il redresse la tête. Il sait que sa proie se cache quelque part non loin de lui. Le teaser s’arrête ici.

Les thèmes de Death Stranding

Reprenons depuis le début, par la signification de « Death Stranding ». Quand des animaux marins s’échouent sur la plage, on appelle ce phénomène un « mass stranding » (échouage massif). Si ces animaux s’échouent alors qu’ils sont encore en vie, il s’agit alors d’un « life stranding ». En revanche, s’ils sont déjà morts, on parle de « death stranding ». Dans le cas présent, c’est « quelque chose » ou « quelqu’un » qui vient d’un monde pour s’échouer dans un autre. Guillermo del Toro incarne cette personne perdue dans le deuxième teaser, après Norman Reedus dans la bande annonce précédente.

Mais « Strand » a aussi une autre signification. En psychologie, cela signifie « brin ». Et le processus d’adaptation des caractéristiques ou de la sociabilité de quelqu’un est représenté comme un processus de transformation d’un fil (un brin) en une corde plus épaisse. « Strand » peut donc aussi signifier « chaîne » ou « lien ». Le titre du jeu a donc ces deux significations : « échoué » et « corde ». Avec Death Stranding, Hideo Kojima veut  étudier les connexions entre les gens et revenir sur l’idée que la corde est l’un des premiers outils que l’humanité ait inventés. Death Stranding explorera donc cette idée de connexion et les différentes façons dont nous sommes liés tous ensemble.

« Le thème de Death Stranding évoque la corde, la ficelle, le fil que les hommes vont perdre dans un futur proche » a souligné Hideo Kojima, il y a quelques heures. « Dans Death Stranding, l’histoire, le monde, les personnages, le gameplay sont tous liés au thème. »

Hideo Kojima parle de Death Stranding à la conférence de Sony au TGS, le 13/09/2016
Guillermo del Toro, Norman Reedus, Hideo Kojima et Mads Mikkelsen

Chaque être, chaque machine, chaque animal que l’on croise dans ce deuxième teaser sont connectés entre eux, au même titre que la vie et la mort. Seul Guillermo del Toro a deux cordons ombilicaux : un gros de couleur bleue entremêlé avec autre plus petit, de couleur noire. Sa chemise empêche de voir s’il est également marqué d’une cicatrice en forme de croix à la hauteur du nombril, comme celle de Norman Reedus. Ce dernier possédait peut-être le même dispositif que Guillermo del Toro avant qu’on le lui retire. Quoi qu’il en soit, Norman Reedus et Guillermo del Toro portent les mêmes menottes ce qui indiquent qu’ils se sont tous les deux « déconnectés » de quelque chose.

Les menottes lumineuses, la capsule protectrice du bébé, l’équipement moderne de Mads Mikkelsen tranchent considérablement avec les avions, les tanks, les uniformes, les armes ou les ruines de la ville. Le passé et le futur se mélangent dans un présent apocalyptique. Le voyage dans le temps est peut-être une explication. Les dog tags de Norman Reedus faisaient d’ailleurs référence aux trous noirs de l’astrophysicien Karl Schwarzschild.

Comme l’a souvent souligné Hideo Kojima, l’option « continuer » dans les jeux vidéo date de l’époque des bornes d’arcade. Cette option apparaît si par malheur le joueur échoue pendant une partie. « Échouer » signifie également la mort du personnage. Quand on crée un jeu vidéo, avec son histoire et son système de jeu, on dépeint inévitablement la mort. Mais la « mort » est sur le point d’avoir un nouveau sens avec Death Stranding. Lequel ? Il faudra encore patienter pour le découvrir.

Affiche de Death Stranding – TGA 2016
Affiche de Death Stranding – TGA 2016

Guillermo del Toro

Trailer de Death Stranding – The Game Awards 2016 (01/12/2016)Guillermo del Toro incarne un personnage qui contraste sensiblement avec le monde où il progresse. Habillé d’un élégant costume, l’homme n’est pas équipé pour la guerre qui se déchaîne dans le pays. À l’instar de Norman Reedus dans le premier trailer, il semble qu’il se soit échoué dans un monde qui n’est pas le sien. L’homme est très nerveux. Tout indique qu’une menace pèse sur lui et le bébé qu’il protège dans une capsule. Mais quelle peut bien être cette menace ? Est-elle incarnée par Mads Mikkelsen et ses sbires ? Un élément de réponse se trouve peut-être sur le badge que porte Guillermo del Toro sur la poitrine. Sans peine, on peut y lire « Bridges – United Cities of America ». Une toile d’araignée y est dessinée, comme pour unir tout le pays. Le centre de la toile pourrait indiquer New-York et Washington. Le personnage de Guillermo del Toro travaillerait-il pour une organisation du même genre que les Nations Unies ? Cette idée expliquerait à la fois son élégance et le décalage qu’il incarne sur le champ de bataille.

Quoi qu’il en soit, le costume de Guillermo del Toro symbolise une certaine autorité. Une autorité visiblement mise à mal dans cette situation chaotique. D’ailleurs, ce personnage porte les mêmes menottes lumineuses que Norman Reedus dans la première bande annonce, mais pas au même poignet. Si Norman Reedus était marqué par une cicatrice sur le ventre, Guillermo del Toro semble avoir subi une opération à la tête. Une longue cicatrice se dessine, en effet, sur toute la largeur de son front. Aurait-il subi une lobotomie ? Guillermo del Toro possède également deux cordons ombilicaux (un gros de couleur bleue entremêlé avec autre plus petit, de couleur noire) qu’il peut connecter avec la capsule qui abrite le bébé. Dans la seconde partie du trailer, Guillermo del Toro et le bébé sont d’ailleurs connectés entre eux.

Le bébé

Trailer de Death Stranding – The Game Awards 2016 (01/12/2016)Ce bébé est le lien entre Norman Reedus et Guillermo del Toro. Il s’agit peut-être du même bébé aperçu dans le premier trailer. Disparaîtrait-il dans l’un pour atterrir dans l’autre ? Incarnerait-il carrément le personnage de Norman Reedus quand il était bébé ? Quoi qu’il en soit, ce bébé fait une étrange grimace qui pourrait bien trahir sa présence auprès de Mads Mikkelsen et ses hommes. Le cordon ombilical du bébé, bien que plus petit, est identique à celui de couleur bleue de Guillermo del Toro. Dans la seconde partie du trailer, le bébé et del Toro sont d’ailleurs connectés entre eux.

Hideo Kojima a souvent venté les talents du réalisateur Alfonso Cuarón (tout récemment encore pour « Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban »). Le Japonais apprécie beaucoup ses longs plans séquence. Alfonso Cuarón a travaillé sur des films connus tels que « Gravity » et « Le Fils de l’homme ». Ce dernier film pourrait bien partager quelques points communs avec le deuxième teaser de Death Stranding. Son histoire prend place dans un futur proche, où les humains ne savent plus procréer, si bien qu’il n’y a plus d’enfant sur terre. Mais un jour, une jeune femme tombe enceinte. Elle et son bébé seront protégés par un héros de fortune, incarné par Clive Owen. Le bébé de Death Stranding est peut-être, lui aussi, ce dernier espoir de l’humanité si convoité. Guillermo del Toro est sans doute son ange gardien, comme l’était Clive Owen dans le film d’Alfonso Cuarón.

Le bébé et la poupée semblent également être liés. À la fin du trailer, la poupée grimace de la même façon que le bébé quelques instants plus tôt dans sa capsule.

La poupée

La poupée est le lien entre le bébé et Norman Reedus. En effet, ce dernier partage la même cicatrice avec le jouet cassé. Cette poupée n’est peut-être qu’un simple mouchard ou un appât lumineux qui trahi la présence du bébé lorsqu’il est à proximité. Une aide sans doute précieuse pour Mads Mikkelsen et ses hommes. Notons que la poupée apparaît très tôt dans le trailer, pour se faire rapidement oublier. Son rôle pourrait être moins anodin qu’on pourrait initialement le penser.

Les soldats squelettes

Trailer de Death Stranding – The Game Awards 2016 (01/12/2016)Ces soldats portent un équipement datant de la deuxième Guerre mondiale, probablement de l’aéroportée. Le design de leur insigne sur l’épaule gauche semble s’inspirer de l’emblème de la 82e division, mais il n’y avait pas d’épée sur celle-ci. On distingue aussi une pique dessinée sur leur casque, symbole de la 506e PIR de la 101e division aéroportée. Ils sont armés de Garand M1, l’arme de base des G.I.s au cours de la seconde Guerre mondiale. Tout cela contraste avec l’équipement moderne de leur chef incarné par Mads Mikkelsen. Leurs visages et leurs mains squelettiques ne sont peut-être qu’une sorte d’artifice technologique pour effrayer les ennemis. En outre, les soldats de la garde rapprochée de Mads Mikkelsen semblent être en mesure de se déplacer comme des fantômes. Leur apparition n’est pas sans rappeler l’esthétique du film « The Neon Demon » de Nicolas Winding Refn. Notons également qu’ils peuvent progresser dans le tunnel sans être connecté avec les quatre cordons ombilicaux de leur chef, Mads Mikkelsen.

Mads Mikkelsen

Trailer de Death Stranding – The Game Awards 2016 (01/12/2016)Mads Mikkelsen semble incarner un personnage responsable d’une escouade. Peut-être est-il tout simplement le chef des ennemis supposés que Norman Reedus devra affronter. Des traces noires du mystérieux liquide noir apparaissent et disparaissent de son visage, comme des larmes. Ce liquide pourrait offrir des vertus surnaturelles. Il semble, d’ailleurs, que Mads Mikkelsen détienne certains pouvoirs qui interfèrent avec sa boussole. Visiblement, son matériel est plus moderne que celui de ses hommes. Sont-ils à la poursuite de quelqu’un ou de quelque chose ? Le bébé et Guillermo del Toro sont-ils leurs proies ? Mads Mikkelsen ne dit pas un mot, et pourtant les soldats réagissent au doigt et à l’œil. Leur connexion avec les cordes, semblables à des tentacules, y joue peut-être un rôle. On notera également un petit clin d’œil à Big Boss dans Ground Zeroes lorsque Mads Mikkelsen retire ses lunettes de vision nocturne. Enfin, contrairement aux autres personnages, il possède (au moins) quatre cordons ombilicaux qu’il peut connecter à ses soldats squelettes.

Norman Reedus

Trailer de Death Stranding – E3 2016 (14/06/2016)Le personnage de Norman Reedus sera le héros principal de Death Stranding. Il n’a pas de cordon ombilical, ce qui le différencie des autres personnages. En revanche, il a une grande cicatrice en forme de croix à la place du nombril. Il semble que Norman Reedus ait été lié avec un bébé dans le passé, par le biais d’un cordon ombilical de couleur noire. Le premier trailer de Death Stranding laisse entendre symboliquement que la séparation entre Norman et le bébé a été une épreuve très douloureuse (larmes, cicatrices). La nudité du personnage permet également de distinguer de nombreuses traces de mains sur le corps. La présence de menottes à son poignet gauche et sa cicatrice sur son ventre indiquent que Norman Reedus s’est libéré de quelque chose ou de quelqu’un. Est-il coupable d’un acte ou a-t-il provoqué un événement grave ? Pendant quelques secondes, les paumes de ses mains sont recouvertes de cet étrange liquide noir, comme un assassin aurait du sang sur les mains. Est-il la cause de la catastrophe qui sévit dans Death Stranding ?

Le liquide noir

Trailer de Death Stranding – The Game Awards 2016 (01/12/2016)

Un étrange liquide noir envahit les deux premiers trailers de Death Stranding. Cette substance huileuse semble jouer un rôle symbolique dans le trailer avec Norman Reedus. Quand elle ne disparaît pas sous nos yeux (dans les traces de mains dans le sable), elle disparaît d’un plan à un autre (sur les paumes des mains de Norman Reedus). En revanche, ce liquide noir semble jouer un rôle plus concret dans le trailer avec Guillermo del Toro. La substance dégouline d’un char en mouvement, avant de couler sur les murs du pont. Ce liquide noir apparaît également sur le visage de Mads Mikkelsen, comme des larmes. Ses mains et ses vêtements sont également souillés par cette substance.

Ce liquide noir est-il le résultat de la catastrophe qui décime le monde de Death Stranding ? Ou en est-il plutôt la cause ? Cette substance rappelle inévitablement le pétrole et ses dangers, sa pollution, cause de nombreux animaux marins échoués. Ce liquide noir aurait-il des vertus surnaturelles lorsqu’il « infecte » un hôte ? Causerait-il la vie et la mort selon les cas ? Serait-il une nouvelle arme de guerre, comme l’humanité en a tristement le secret ? Si les hommes sont « contaminés » par ce liquide noir, partiraient-ils à la chasse aux êtres non contaminés ? Ces derniers auraient-ils trouvé un antidote grâce aux bébés pour rester sains ?

Les animaux échoués

Que ce soit dans le premier ou le second trailer, des animaux marins se sont échoués en nombre dans Death Stranding. Quelle peut bien en être la cause ? L’actualité nous montre quotidiennement que l’homme détruit la Terre pour faire toujours plus de profits, en négligeant l’environnement et provoquant le dérèglement climatique. Death Stranding serait-il le fameux point de non retour tant redouté ? Hideo Kojima voudrait-il dénoncer à sa manière les dangers qui guettent notre planète, résultat de l’inconscience humaine ? Dans Death Stranding, les hommes cherchent-ils à puiser la moindre ressource énergétique devenue une denrée rare, quitte à se déclarer la guerre ?

Les cordons ombilicaux

Chaque être, chaque machine, chaque animal, vivants ou morts, que l’on croise dans les deux premiers trailers de Death Stranding sont connectés entre eux par un cordon ombilical de même couleur que le liquide noir. Transite-t-il par ce moyen entre les différents sujets ?

Guillermo del Toro a deux cordons ombilicaux (un gros de couleur bleue entremêlé avec autre plus petit, de couleur noire) qu’il peut connecter avec la capsule qui abrite le bébé. On compte (au moins) quatre cordons chez Mads Mikkelsen. Seul, Norman Reedus ne possède pas de cordon. Il a une cicatrice à la place du nombril.

Les avions et le char

Les avions semblent, eux aussi, être pourvus de cordons noirs qui serpentent dans le ciel. Mais est-ce vraiment le cas ? Ces Thunderbolts datant de la seconde Guerre mondiale perdent peut-être volontairement la fameuse substance noire pour la répandre sur terre. Seraient-ce les chemtrails [chemical trail, ou traînée de produits chimiques] de Death Stranding ? Sur terre, le char déverse lui aussi cet étrange liquide noir. Les responsables à l’origine de cet éventuel déversoir volontaire chercheraient-ils à contaminer le monde ?

Terriblement rouillé, le tank semble avoir éclaté littéralement de l’intérieur. Des tentacules rouges sortent des brèches de la carlingue, comme si elle abritait un animal monstrueux. Mais la perte d’un tentacule, lorsque la route est trop escarpée, pourrait indiquer qu’il s’agit en fait de plusieurs entités répugnantes. Une colonne vertébrale et des os humains garnissent les supports sur le côté visible du char. Un crâne trône aussi à l’avant du blindé. En plus de déverser du liquide noir sur son passage, ce tank est relié par un cordon noir aux soldats qui le suivent. À l’instar des avions, ce blindé date de la seconde Guerre mondiale. C’est probablement un dérivé du M4 Sherman.

Les lieux

Dans le premier trailer avec Norman Reedus, on aperçoit quelques flaques de lave sur la plage et des icebergs à l’horizon. La musique interprétée par Low Roar nous berce dans l’idée que ce lieu pourrait être une plage islandaise. Mais le second trailer est plus énigmatique encore. La ville en ruine qui se dresse devant Guillermo del Toro semble être d’architecture européenne. Mais rien ne peut confirmer sur quel continent il se trouve. Son badge «United Cities of America » indique que son monde est différent du nôtre, les « États-Unis » ne s’appelant plus ainsi. Sur l’une des briques du pont, la lettre « J » est timidement dessinée.

La téléportation du bébé

Les points communs entre les deux premiers trailers de Death Stranding sont nombreux. Par exemple, les musiques sont composées et interprétées par le même groupe, Low Roar. Les deux trailers s’ouvrent sur le même type de plan : des crabes morts éparpillés sur le sol, tous connectés entre eux. Seul un personnage capte l’attention de la caméra : Norman Reedus dans le premier et Guillermo del Toro dans le second. On notera aussi les présences du liquide noir, des traces de mains, des animaux marins échoués et des cicatrices. Enfin, les derniers plans où l’on aperçoit Norman Reedus et Guillermo del Toro sont quasiment identiques. Cinq silhouettes vont d’ailleurs surgir devant nos deux héros. Elles « volent » dans le ciel dans le trailer de Norman Reedus. Chez Guillermo del Toro, il s’agit de Mads et ses hommes.

Ces deux personnages, menottes au poignet, ont également un lien fort avec un bébé. Et c’est probablement le lien principal qui unit les deux trailers. Dans le premier, le bébé disparaît des mains de Norman Reedus. Dans le second, le bébé surgit dans la capsule de Guillermo del Toro. Le bébé aurait-il disparu d’un trailer pour atterrir dans l’autre ? Possible, bien que la présence du bébé dans le premier trailer semble n’être qu’une apparition symbolique, comme si Norman Reedus matérialisait les reproches qui hantent sa conscience. Quoi qu’il en soit, il est certain que Hideo Kojima veut relier ces deux trailers.

Le bébé disparaîtrait-il du premier trailer pour atterrir dans le second ?

Le vinyle de Death Stranding

Kojima Productions et le groupe islandais Low Roar vont commercialiser un vinyle sur lequel on retrouvera les deux chansons qui rythment les deux premiers trailers de Death Stranding. Ainsi, « I’ll Keep Coming » et « Easy Way Out » se retrouveront chacune sur une face du disque. Hideo Kojima aurait-il glissé un indice métaphorique avec l’annonce de ce vinyle ? Les deux trailers se dérouleraient-ils dans des lieux totalement opposés sur Terre ? Les dog tags de Norman Reedus faisant référence à l’astrophysicien Karl Schwarzschild, peut-on imaginer que ces trailers se déroulent à des époques, voire même dans des dimensions différentes ? Notons tout de même que les vinyles de jeux vidéo sont très à la mode, actuellement.

Hideo Kojima aurait-il glissé un indice métaphorique avec l’annonce du vinyle de Death Stranding ?
Hideo Kojima aurait-il glissé un indice métaphorique avec l’annonce du vinyle de Death Stranding ?

Death Stranding – Teaser Trailer – PSX 2016 : Low Roar Version – 4K (3/12/2016)

Une nouvelle version du teaser avec Guillermo del Toro et Mads Mikkelsen a été diffusée à l’occasion de la PlayStation Experience, soit deux jours plus tard. Si les événements sont identiques à ceux du teaser des Game Awards 2016, une chanson rythme désormais les cinq minutes du trailer. Comme pour le premier avec Norman Reedus, Hideo Kojima a choisi un morceau du groupe islandais Low Roar, baptisé « Easy Way Out », tiré du même album « 0 » que « I’ll Keep Coming ». Hideo Kojima assure qu’en écoutant cette nouvelle version, les joueurs auront une autre vision du trailer.

« En regardant cette nouvelle version, vous aurez une autre vision du trailer. Faîtes attention aux paroles. » – Hideo Kojima, le 3 décembre 2016

I heard you call my name
Je t’ai entendu m’appeler
While I’m passing out
Tandis que je m’évanouissais
The mistake I’ve made
L’erreur que j’ai commise
It can’t be turned around
Ne peut être effacée

I took the easy way out (x3)
J’ai pris l’issue la plus facile

I went one for one
Je n’ys suis pas allé de main morte
Before casting out
Avant de prendre la fuite

The mistake I’ve made
L’erreur que j’ai commise
It can’t be turned around, no
Ne peut être effacée, non

I took the easy way out (x3)
J’ai pris l’issue la plus facile

I wanna feel something again Memorable (4x)
Je veux ressentir quelque chose de Mémorable à nouveau

Les crédits

Le nom de Mads Mikkelsen a rejoint celui de Norman Reedus au casting, dans les crédits à la fin du teaser. Bien que les deux personnages qu’ils incarnent dans Death Stranding restent mystérieux, Hideo Kojima a, une nouvelle fois, confirmé que le personnage de Norman Reedus sera le héros principal du jeu.

En revanche, les crédits ne mentionnent pas le nom de Guillermo del Toro. Son apparition n’est peut-être qu’un caméo. Après l’annulation de Silent Hills, Hideo Kojima et Guillermo del Toro rêvent de retravailler ensemble. Après tout, P.T. a été un véritable succès critique et populaire. Qui sait ? La surprise du prochain trailer révèlera peut-être le nom de Guillermo del Toro à la réalisation, aux côtés de Hideo Kojima.

« Le fait que Konami ait annulé Silent Hills après P.T. est la chose la plus stupide que je n’ai jamais vue. » – Guillermo del Toro, le 2 décembre 2016.

Trailer de Death Stranding – The Game Awards 2016 (01/12/2016)

En outre, le compositeur de la musique du teaser n’est pas non plus mentionné. Le producteur, Ken Imaizumi, a toutefois confirmé sur les réseaux sociaux que c’était Ludvig Forssel qui avait composé ce morceau.

Dernier détail, on trouve le logo et le nom « Decima » à côté de ceux de la PS4 et de Kojima Productions. Serait-ce le nouveau nom du moteur graphique choisi par Hideo Kojima ? Il est intéressant de noter que Decima est le nom d’une des Parques. Nona, Decima et Morta sont des divinités romaines. Ces trois sœurs sont souvent représentées comme des fileuses de la destinée humaine. La vie de chaque mortel est symbolisée par un fil plus ou moins long selon sa durée. Chaque Parque à son propre rôle. Nona fabrique le fil, Decima déroule le fil, et Morta coupe le fil. Le nom de « Decima » n’a donc pas été choisi par hasard quand on sait que Death Stranding met l’accent sur « le fil que les hommes vont perdre dans un futur proche » comme le mentionnait Hideo Kojima.

Rappelons que Death Stranding est une exclusivité PlayStation 4, développée par Kojima Productions en collaboration avec Sony. Le jeu supportera la résolution 4K et le HDR sur la PlayStation 4 Pro. Le second teaser de Death Stranding tournait d’ailleurs en temps réel sur une PlayStation 4 Pro. Quant à la date de sortie du jeu, notre patience devrait encore être mise à rude épreuve pour la découvrir. Tant mieux ! Que Kojima Productions prenne tout son temps.

Affiche de Death Stranding – TGA 2016
Affiche de Death Stranding – TGA 2016
A propos sheen 107 Articles
Passionné par la série Metal Gear Solid de Hideo Kojima, j'ai fondé le site de MetalGearSolid.be en 2002. Aujourd'hui, l'aventure continue avec KojiPro.be, le dernier né de la petite famille Aimgehess !

6 commentaires sur [MàJ] Analyse du trailer de Death Stranding avec Mads Mikkelsen et Guillermo del Toro

  1. Que de questions, mais justement, qu’est ce que c’est bon ! Cela m’avait manqué. Profitons car pour ma part, il (la période avant la sortie du jeu) s’agit des meilleurs moments d’un jeu Kojima.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*